© STEVAN_LIRA
Découvrez

LE PATRIMOINE INSOLITE

de la Vallée du Loir

Connue pour la Vallée du Loir à vélo, le vignoble ou pour le zoo de La Flèche, la Vallée du Loir regorge aussi de sites touristiques et de lieux insolites ouverts à la visite. De l’apothicairerie jusqu’au théâtre de la Halle-au-Blé à La Flèche en passant par les clochers tors du Baugeois, nous vous invitons à venir les décrouvrir.

L’apothicairerie à Baugé

Avec ses boiseries, sa voûte étoilée et son sol marqueté classé monument historique, l’apothicairerie de l’hôtel Dieu à Baugé est l’une des plus belles de France. Sur les étagères Louis XIII en chêne trônent 650 pots, piluliers et boîtes en bois, en faïence, en verre ou en étain. La plupart renferment-ils encore les remèdes de leur temps ? Sang de bouc, poudre de cloportes, yeux d’écrevisses ou… doigts humains momifiés…

Retrouvez toutes les informations de l’apothicairerie

Le théâtre de la Halle au Blé

Ce petit théâtre à l’italienne du XIXe siècle, véritable bonbonnière, est un pur joyau architectural, restauré en 1999. Il est aujourd’hui l’un des sept derniers théâtre à l’italienne de la 1ère moitié du 19ème siècle en France. Le théâtre vous émerveillera tant par l’élégance de son architecture que par la splendeur de ses décors.

Découvrez les horaires d’ouverture du théâtre

Site archéologique d’Aubigné-Racan

Le site de Cherré est un ancien complexe gallo-romain qui présente les vestiges de quatre monuments remarquables : un théâtre, un marché-forum, un temple et des thermes. Aucune habitation n’a été retrouvée à proximité, et le mystère de ce lieu reste entier. Classé monument historique mais aussi zone naturelle sensible, ce site est le centre de nombreuses manifestations, tout au long de l’année. Accès libre.

??????????????????? ??????????????????? ???????????????????

mon cœur ira dans ma ville de cœur

Nombre de villes et de villages de France prétendent avoir hébergé Henri IV pour une nuit, mais seule La Flèche peut se vanter d’abriter son cœur et celui de la reine, Marie de Médicis. Les cœurs ont été brulés à la Révolution, mais les cendres ont été ramassées et redonnées à la ville, qui les exposent dans l’église Saint-Louis du Prytanée, selon les vœux du bon Roi Henri lui-même :  « [… ils viendront prendre nos cœurs, pour les transporter en l’église du dit Collège de La Flèche… »]